20 septembre 2008

nDE RETOUR

d'Anjou

Retour habituel avec le balcon plein de poubelles, couches pleines dans les jardinières, pansements sanguinolents et purulents dans mon cyclamen !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

LE BONHEUR

Une chance le déménagement est donc prévu pour le week end du 8 novembre..............

J'ai donc visité ma future maison, claire, bien conçue. Le lotissement est neuf et les pavillons très fonctionnels, une cuisine assez grande, une chambre à "bidouilles" au rez de chaussée.

Salle de bain  au rez de chaussée et à l'étage................. et des placards partout.................

Un peu de terrain, un espace vert déjà aménagé, un juste milieu pour que Chéri-Chéri se fasse plaisir sans en écarter partout !!!!!

Posté par mailleendroit à 18:33 - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags :


16 juillet 2008

PAS TRES BAVARDE

En ce moment, beaucoup de travail avec les cartons, que j'emmène au fur et à mesure de mes déplacements, des en-courts à finir, et surtout une très grosse fatigue qui commence à s'attaquer aux neurones et au mental ...........

Essayez de vous imaginer ............................cela a fait un an au 4 juillet que j'ai des voisins roms ou kosovars ou serbes, je ne sais pas, les premiers mois, l'appartement loué à une famille de huit personnes était en fait occupé par trois familles représentant au moins 20 personnes, et je ne compte pas les allées et venues de gens qui venaient coucher la nuit............

En ce moment il y a toujours un minimum de quinze personnes dans l'appartement

Donc impossible de dormir................... le matin c'est relativement calme jusquà midi ILS DORMENT, mais quand on a eu l'habitude pendant quarante ans de se lever pour aller bosser, et bien à 7 h maximum, nous nous levons

Et à partir de midi, le bruit commence, ballons, bruits de courses, cris.................... klaxons en bas et conversation à très très haute voix et ceci jusqu'à, dans le meilleur des cas deux heures du matin, cette nuit quatre heures...............

Je ne parle pas des poubelles ramassées chaque jour sur notre terrasse, couches, mouchoirs, pots de yaourts, et j'en passe et des meilleures

238.

248

438

Je ne parle pas non plus des tapis et moquettes lavées dans la baignoire, donc débordements donc inondations, puis séchage aux fenetres

Je vous fais la grâce de quelques photos, vous pourriez penser que Bécassine exagère, je suis lasse de faire des lettres au bailleur, rien ne bouge............................... alors vous comprendrez pourquoi je déménage et pourquoi je suis si fatiguée

Ras le Bol

Posté par mailleendroit à 13:39 - Commentaires [14] - Permalien [#]
Tags :

23 mai 2008

FAIENCE DE NEVERS

La faïence de Nevers est l'une des plus anciennes de France.

C'est une faïence par le procédé du "grand feu" qui exclut les retouches.

Les couleurs sont spécifiques : pas de rouge ni de noir, remplacés par l'orange ( jaune obscur) et par le brun.

L'émail a un éclat bleuté au XVIIe et blanc pur au XVIIIe.

Centre de commerce grâce à sa position sur la Loire, Nevers produit des céramiques depuis longtemps lorsque, vers la fin du XVIe siècle, le duc Louis IV Gonzague de NeverS, originaire de Mantoue en Italie, fait venir d'Italie les frères Conrade, qui introduisent l'art de la faïence à Nevers. La matière première (argile et marnes) se trouve sur place. Le bois du Morvan permet de chauffer les fours. La Loire et le canal de Briare acheminent la production.

Aux XVIIe et XVIIIe siècles, la faïence de Nevers jouit d'une grande réputation.

  • Les faïenciers travaillent d'abord dans un style italien polychrome, puis ajoutent à leur production des camaïeux bleus.
  • Créé en 1630 le décor persan se décline en trois types : le fond bleu à dessin blanc, le fond jaune ocre et le décor vert sur fond blanc. Ces pièces sont surtout destinées à l'aristocratie.
  • le décor Nivernais apparait en 1650, fait de divers dessins en bleu sur fond blanc.
  • le décor chinois , essentiellement en bleu sur fond blanc est produit de 1660 à 1760. Au XVIIIe siècle, la faïence prend un ton plus populaire avec une abondante production de pièces patronymiques.
  • Sous la Révolution, Nevers réalise de nombreuses faïences patriotiques caractéristiques.

Plusieurs dynasties ont marqué Nevers :

  • les Conrade (Conrado) venus de la Province de Gênes. Augustin fut le premier et seul faïencier puis perdit le monopole et le conseil de la ville avait fixé le nombre des faïenceries à onze. Antoine Conrade étant considéré comme le plus talentueux, la confrérie avait sa fête pour la saint Antoine.
  • les Bourcier sur quatre générations, venus de la Charité sur Loire, dont Barthélémy Bourcier(+ en 1676) qui fut émailleur de la Reine Marie de Médicis de 1626 à 1631 et dont le fils Jean fut peintre. Barthélémy Bourcier fut un grand artiste en contact avec Abaquesne, le grand Maître rouennais, ainsi que de disciples directs de Bernard Palissy, objet peut-être d'une cabale et de l'inimitié de Richelieu, il est chassé de la Cour en 1632 et revient alors en Nivernais
  • les Seguin, parents des Bourcier, du XVII au XVIIIes siècles, donnèrent plusieurs Maîtres faïenciers dont Jean (+ en 1680)et Guillaume (+ en 1714)
  • les Custode, dont Pierre, d'origine italienne. Pierre Custode crée en 1630 la fabrique de "l'Autruche", rue Saint Genest, il s'associe avec Esme Godin et la maison Custode durera jusqu'en 1795 environ. Ce sont les Custode qui ont illustré le mieux probablement les décors persans à dessins blancs sur fond bleu intense que certains ont appelé le "Bleu Custode".

Le XVIIIe siècle connaît un déclin de la faïence au profit de la porcelaine. La fabrication continue cependant et plusieurs faïenciers sont toujours en activité à Nevers où la faïence retrouve ses lettres de noblesse avec le renouveau de l'intérêt du public et surtout des collectionneurs

En ce qui me concerne, elle est une de mes faïences préférées, bien que j'avoue avoir quelques difficultés à faire des préférences. J'adore la faïence, Digoin, Rouen, Moulins, Sarreguemines, une faïence devenue rare maintenant la faïence de Montereau, j'ai quelque mal à aimer le Moustiers trop galvaudé à mon goût.

Quelques pièces de NEVERS que je suis contente de posséder

PICT1195

PICT1196

PICT1197

Faiencerie MONTAGNON

PICT1198

Faiencerie BERNARD

Posté par mailleendroit à 14:24 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :

06 mai 2008

LEGENDES DU NIVERNAIS

article tiré du Journal du Centre de ce jour

A SAINT-SAULGE LA VACHE A PRIS DE L'ALTITUDE

Dimanche dernier, à Saint-Saulge, la " vache" a quitté le plancher des vaches. La légende veut qu'en des temps secs et reculés, l'herbe du toit de l'église soit restée seule à être broutée. D'où l'idée de hisser à hauteur du clocher, les vaches autrement condamnées à jeûner.

Depuis, chaque année, la montée de la vache attire quidam, sans relâche. Par centaines, ils l'ont à nouveau regarder monter. A 17h56, la statue de 173 kg se posait sur son support. Elle n'en descendra qu'à l'automne fière d'être à bon porT

stsaulge_photo_11

ORIGINE DES LEGENDES DE SAINT SAULGE

Les Légendes de Saint-Saulge, comme toutes les Légendes ont une origine lointaine. Pour ne pas faillir à la tradition des Légendes qui courent les pays en sautant quelquefois d’une Province à l’autre, sous une forme identique ou un peu différente, admettons que celles de Saint-Saulge issues donc de cette petite ville sont tout à fait originales, circonscrites, difficiles à dater et ne démentent pas le mystère.

On pourrait parler de leur naïveté, de leur balourdise, voire de leur méchanceté envers les paysans, mais aussi, et par compensation, du don de répartie dont elles font preuve…

N’allons pas trop loin, surtout, cela n’en vaut pas la peine. Aujourd’hui, il y a prescription.

Réjouissons-nous, seulement, de leur existence, de leur habile dessin et de la nostalgie qui s’en dégage.

On pourrait peut-être admettre comme certains le prétendent que ces légendes ne peuvent pas remonter à la nuit des temps.

Pourquoi pas ? dommage non ?

Des personnes sachant de quoi elles parlent, proposent de fixer au début du XVII ème Siècle l’époque du lancement de ces Légendes, ces plaisanteries qui couraient de langue à oreille en provoquant le rire.

Mais pas lancées par n’importe qui, s’il vous plait !

On dit que, pour se moquer de ses sujets de Saint-Saulge, la Duchesse Marie de Nevers lança les premières plaisanteries qui devinrent légendaires.

Quelle serait donc cette Duchesse, alors ?

On en voit une, Marie de Gonzague (1609 – 1661) qui rentrerait bien dans ce cadre sans que nous encourrions trop de contradiction.

On parle aussi de moqueries ayant eu pour origine ou pour cible un certain Depardieu (Lazare, celui-ci, l’autre est berrichon), Procureur du Roi, réputé naïf et qui vécut longtemps pour alimenter le répertoire.

C’est assez plaisant, n’est-ce pas ? Enfin une Légende qui aurait des racines connues.

D’autres auteurs, ne parlent pas de l’origine des Légendes, mais font ressortir les qualités intellectuelles d’un certain nombre de notables cultivés, pour infirmer une réputation jugée fâcheuse.

Mais patatras !…. dans ce débat déjà peu clair, voyez plutôt.

Dans le numero 105 des Annales de la Camosine, consacré au Canton de Saint Saulge, le signataire d’un article se rapportant à ce bourg ose écrire :

" je ne parlerai pas des légendes (il ose même aller jusqu’à mettre un L minuscule à ce noble mot !) qui, même avec des fondements plus ou moins historiques, seront surtout une aubaine début XX ème Siècle, pour l’industrie des cartes postales ".

Nos certitudes fragiles vacillent forcément !

Si une Revue historique et artistique du Chef-Lieu de Département s’avance ainsi, c’est qu’il y a un doute, un fait , des liens non établis ! Décidément, l’Histoire ne s’accommode pas de légendes.

Ce que l’on peut assurer, en tous les cas, c’est qu’effectivement, ces cartes postales des " Légendes de Saint Saulge " ont connu une époque prospère et faisaient vivre une, ou même des Imprimeries entre Loire et Canal du Nivernais.

Cette histoire " industrielle " mériterait une investigation !

La diffusion de ces cartes n’était pas confidentielle puisqu’on en trouvait dans les bonnes maisons, comme on dit, et en particulier chez les commerçants de toute la région citée. Ceux-ci ne s’en plaignaient sûrement pas en considérant qu’après tout, ce supplément d’édition à support humoristique allait dans le bon sens de leur Chiffre d’Affaires.

Jamais à notre connaissance il n’y eut de manifestation contestataire sur l’existence de cette Carte malicieuse, ni de défilé avec banderoles…

C’est ainsi que deux maisons de Chateauneuf-Val-de-Bargis – nous y arrivons ! - en vendaient couramment jusqu’avant la seconde Guerre Mondiale.

Citons les : Le Café-Tabac Monchaux et le Coiffeur-marchand de journaux Charrault d’heureuse mémoire pour le signataire de ces lignes, qui étaient quasiment vis-à-vis, d’un côté et de l’autre de la Grande Rue, s’appelant aussi la rue de Donzy, lorsque vous regardiez vers le Nord, ou la rue de Prémery lorsque vous regardiez à l’Est, ce qui permettait à l’éditeur de faire au moins deux clichés dans un simple demi-tour de son photographe et deux cartes de la même voie. De même pour les autres. On vous l’a dit, l’industrie de la Carte Postale était florissante.

Maintenant, les Légendes de Saint-Saulge, sous forme de cartes postales sont des objets vendus une seconde ou une troisième fois par toute un industrie du souvenir ou de la collection….Quel destin !

C’est bien encore une preuve que les Légendes ne meurent jamais.

André Devallière

21 décembre 2005

stsaulge_photo_1

Posté par mailleendroit à 10:55 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :

01 janvier 2008

LE CROIREZ-VOUS ?

Au fil de mes présentations sur les différents blogs de swaps, j'ai coutume à dire que je vis dans le Centre de la FRANCE, dans la Nièvre, que je catalogue comme étant le trou du c........l du monde !!!!!

NEVERS, environ 44.000 habitants, ville où je réside.....25 kms du circuit automobile de MAGNY COURS........... berceau du Charolais............

Et bien NEVERS, en ce premier janvier est une ville MORTE........

N'ayant plus la forme physique et l'âge de réveillonner et de danser toute une nuit, j'avais décidé, aujourd'hui

1er Janvier 2008,

d'aller avec mon chéri, manger au restaurant..................

Et bien que nenni_............NEVERS est une ville où AUCUN restaurant aujourd'hui n'était ouvert...............

Après 13 kms en long, en large et en travers dans NEVERS et sa périphérie, je me suis rabattue sur PAT'A PAIN où j'ai acheté une baguette (j'avais des restes dans le frigo)..........et une galette des rois...........

Nous serons de toute façon le roi et la reine......de quoi............. je ne voudrais pas être impolie, même si je le pense fortement

A BON ENTENDEUR SALUT...................  ET.

BONNE ANNEE 2008.

Posté par mailleendroit à 13:10 - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags :