01 août 2016

LECTURES à COGNACQ-JAY

Qui dit séjour en mode momie à COGNACQ JAY dit abondance de lectures........

RUFIN COLLIER ROUGE

Dans une petite ville du Berry, écrasée par la chaleur de l'été, en 1919, un héros de la guerre est retenu prisonnier au fond d'une caserne déserte. Devant la porte, son chien tout cabossé aboie jour et nuit. Non loin de là, dans la campagne, une jeune femme usée par le travail de la terre, trop instruite cependant pour être une simple paysanne, attend et espère. Le juge qui arrive pour démêler cette affaire est un aristocrate dont la guerre a fait vaciller les principes. Trois personnages et, au milieu d'eux, un chien, qui détient la clef du drame... Plein de poésie et de vie, ce court récit, d'une fulgurante simplicité, est aussi un grand roman sur la fidélité. Être loyal à ses amis, se battre pour ceux qu'on aime, est une qualité que nous partageons avec les bêtes. Le propre de l'être humain n'est-il pas d'aller au-delà et de pouvoir aussi reconnaître le frère en celui qui vous combat ?

Rufin maître des mots, nous fait trembler à travers un rescapé de guerre. Un puzzle prend forme : un chien hurlant, un prisonnier muet, un juge compatissant et une femme mystérieuse. Malgré les menaces, notre soldat affronte sa sentense pour sauver sa dignité et ses croyances. C'est une révolte boulerversante !

LE GARDINIER

J'en ai ras le bol des mecs. Vous me gonflez ! J'en ai plus qu'assez de vos sales coups ! C'est votre tour de souffrir ! Ma voix résonne dans tout le quartier. Et là, trempée, titubante, épuisée, je prends une décision sur laquelle je jure de ne jamais revenir : je ne vais plus rien leur passer. On remet les compteurs à zéro. On renverse la vapeur. Je vais faire payer ce fumier. Chaque joueur doit vous donner mille baffes. Je vais me venger de tout. Puisque aucun bonheur ne descendra d'un ciel illusoire, je suis prête à aller chercher le peu qui me revient jusqu'au fond des enfers. La gentille Marie est morte, noyée de chagrin. À présent, c'est la méchante Marie qui est aux commandes. À partir de maintenant, je renvoie les ascenseurs et je rends la monnaie de toutes les pièces. Les chiens de ma chienne sont nés et il y en aura pour tout le monde. La vengeance est un plat qui se mange froid et je suis surgelée. La rage m'étouffe, la haine me consume.

–Dans cette nouvelle comédie drôle à souhait, G.Legardinier nous fait partager le quotidien, les émotions de Marie qui, après s'être faite larguée et avoir découvert que son patron prépare un mauvais coup, va prendre les choses en main et se venger de ces hommes malhonnêtes ! Une chose est sûre : ça peut pas rater ! Premier LE GARDINIER en ce qui me concerne mais il est sûr que cela ne sera pas le dernier !!

SALAM

Les narrateurs sont deux frères nés de mère algérienne et de père allemand. Ils ont été élevés par un vieil oncle immigré dans une cité de la banlieue parisienne, tandis que leurs parents restaient dans leur village d'Aïn Deb, près de Sétif. En 1994, le GIA massacre une partie de la population du bourg. Pour les deux fils, le deuil va se doubler d'une douleur bien plus atroce : la révélation de ce que fut leur père, cet Allemand qui jouissait du titre prestigieux de moudjahid... Basé sur une histoire authentique, le roman propose une réflexion véhémente et profonde, nourrie par la pensée de Primo Levi. Il relie trois épisodes à la fois dissemblables et proches : la Shoah, vue à travers le regard d'un jeune Arabe qui découvre avec horreur la réalité de l'extermination de masse ; la sale guerre des années 1990 en Algérie ; la situation des banlieues françaises, et en particulier la vie des Algériens qui s'y trouvent depuis deux générations dans un abandon croissant de la République. "À ce train, dit un personnage, parce que nos parents sont trop pieux et nos gamins trop naïfs, la cité sera bientôt une république islamique parfaitement constituée. Vous devrez alors lui faire la guerre si vous voulez seulement la contenir dans ses frontières actuelles."

Les frères Schiller perdent leurs parents dans des conditions dramatiques: ils se font massacrer dans leur petit village algérien. C'est en enquêtant sur cet assassinat que l'ainé découvre le passé du père Schiller. De cela découlent de nombreuses interrogations sur la filiation, le nazisme, l'islamisation... A lire absolument

LACKBERG

Une jeune fille disparue depuis plus de quatre mois erre à moitié nue à travers la forêt enneigée avant d’atterrir sur une route déserte. La voiture arrive de nulle part, le choc est inévitable. L’accident n’explique pourtant pas les yeux crevés de la victime et les nombreuses blessures sur son corps. Lorsqu’Erica Falck commence à exhumer une vieille affaire de meurtre impliquant un ancien dompteur de lions, elle ne se doute pas que les sombres tentacules du passé sont en train de se refermer sur le présent. Et que le cauchemar ne fait que commencer… Une jeune fille disparue depuis plus de quatre mois erre à moitié nue à travers la forêt enneigée avant d’atterrir sur une route déserte. La voiture arrive de nulle part, le choc est inévitable. L’accident n’explique pourtant pas les yeux crevés de la victime et les nombreuses blessures sur son corps. Lorsqu’Erica Falck commence à exhumer une vieille affaire de meurtre impliquant un ancien dompteur de lions, elle ne se doute pas que les sombres tentacules du passé sont en train de se refermer sur le présent. Et que le cauchemar ne fait que commencer…

Camilla Läckberg nous livre un roman bien ficelé. L'enquêtrice Erica est écrivain et se consacre à un livre sur une meurtrière, jugée dans les années 60 pour le meurtre de son mari, dompteur dans un cirque. Camilla Läckberg nous entraîne dans une Suède rurale très attachante. Je suis une inconditionnelle de Camilla Läckberg et celui ne fait que conforter mon choix......

et enfin.... ce livre pris et repris, posé et reposé et pour lequel j'ai capitulé malgré ma passion pour Jacques Coeur illustre berrichon......

COEUR

Dans la chaleur d'une île grecque, un homme se cache pour échapper à ses poursuivants. Il évoque sa vie hors du commun et tente de démêler l'écheveau de son destin. Fils d'un modeste pelletier, il est devenu l'homme le plus riche de France. Il a permis à Charles VII de terminer la guerre de Cent Ans. Il a changé le regard sur l'Orient. Avec lui, l'Europe est passée du temps des croisades à celui de l'échange. Comme son palais à Bourges, château médiéval d'un côté et palais Renaissance de l'autre, c'est un être à deux faces. Aussi familier des rois et du pape que des plus humbles maisons, il a voyagé à travers tout le monde connu. Au faîte de sa gloire, il a vécu la chute, le dénuement, la torture avant de retrouver la liberté et la fortune. Parmi tous les attachements de sa vie, le plus bouleversant fut celui qui le lia à Agnès Sorel, la Dame de Beauté, première favorite royale de l'Histoire de France, disparue à vingt-huit ans. Son nom est Jacques Cœur. Il faut tout oublier de ce que l'on sait sur le Moyen Âge et plonger dans la fraîcheur de ce livre. Il a la puissance d'un roman picaresque, la précision d'une biographie et le charme mélancolique des confessions. Dans la chaleur d'une île grecque, un homme démêle l'écheveau de son destin. Fils d'un modeste pelletier, il est devenu l'homme le plus riche de France.Il a permis à Charles VII de terminer la guerre de Cent Ans. Il a changé le regard sur l'orient. Comme son palais à Bourges, château médiéval d'un côté et palais Renaissance de l'autre, c'est un être à deux faces. Aussi familier des rois et du pape que des plus humbles maisons, il a voyagé à travers tout le monde connu.Il a vécu la chute, le dénuement avant de retrouver la liberté et la fortune. Parmi tous les attachements de sa vie, le plus bouleversant fut celui qui le lia à Agnès Sorel, la Dame de Beauté, première favorite royale de l'Histoire de France.Son nom est Jacques Coeur. Il faut tout oublier de ce que l'on sait sur le Moyen Age et plonger dans la fraîcheur de ce livre. Il a la puissance d'un roman picaresque, la précision d'une biographie et le charme mélancolique des confessions.

 

Posté par mailleendroit à 13:26 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :


13 février 2016

QUELQUES LECTURES

après deux semaines passées dans le monde du bandage et des momies à COGNACQ JAY.......

 

zoom

MILLENIUM : Ce qui ne me tue pas

Quand Mikael Blomkvist reçoit un appel d’un chercheur de pointe dans le domaine de l’intelligence artificielle qui affirme détenir des informations sensibles sur les services de renseignement américains, il se dit qu'il tient le scoop qu'il attendait pour relancer la revue Millénium et sa carrière. Au même moment, une hackeuse de génie tente de pénétrer les serveurs de la NSA.

Changement d'auteur mais continuité dans les personnages, l'intrigue, le suspense. Pas le même style que Stieg Larsson, mais très agréable..... Pourquoi pas un cinquième ........

zoom

 

LONTANO

 

Eminence grise du pouvoir, Gregoire Morvan a connu ses heures de gloire en Afrique dans les annees 80, en arretant au Zaire « l'Homme clou », tueur en serie au rituel atroce, inspire des plus violents fetiches africains.
Quarante ans plus tard, en France, les cadavres mutiles, cribles de ferraille et de tessons s'accumulent : la marque de « l'Homme clou », totem de la folie meurtriere nee au plus profond de l'Afrique.
Le passe trouble de son pere - fantome menacant de sales affaires enterrees - rattrape alors Erwan Morvan, le meilleur flic de la crim'.

Du grand Jean Christopge GRANGE.....Lontano est une plongee verticale dans les tenebres de l'ame, roman paroxystique et vertigineux, derangeant comme ces rites primitifs qui nous fascinent et nous effarent. Une suite prévue en 2016 très impatiente ......

 

zoom

 

Mai 1940, on fête à Berlin la campagne de France. La ferveur nazie est au plus haut. Derrière la façade triomphale du Reich se cache un monde de misère et de terreur.

Seul dans Berlin raconte le quotidien d'un immeuble modeste de la rue Jablonski, à Berlin. Persécuteurs et persécutés y cohabitent. C'est Mme Rosenthal, Juive, dénoncée et pillée par ses voisins. C'est Baldur Persicke, jeune recrue des SS qui terrorise sa famille. Ce sont les Quaengel, désespérés d'avoir perdu leur fils au front, qui inondent la ville de tracts contre Hitler et déjouent la Gestapo avant de connaître une terrifiante descente aux enfers.

De Seul dans Berlin, Primo Levi disait, dans Conversations avec Ferdinando Camon, qu'il était " l'un des plus beaux livres sur la résistance allemande antinazie ". Aucun roman n'a jamais décrit d'aussi près les conditions réelles de survie des citoyens allemands, juifs ou non, sous le IIIe Reich, avec un tel réalisme et une telle sincérité.

La dure cohabitation des pros et anti nazis.......Dans le même style mais plus romancé je suis à lire L'IMMEUBLE TAUB de Jean ANGLADE...... page de vie des berlinois après la défaite......romancé mais plaisant

 

Posté par mailleendroit à 11:10 - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags :

21 janvier 2015

SILENCIEUSE MAIS LECTRICE QUAND MEME

Bien silencieuse depuis ma sortie de COGNACQ JAY.........

Fabrication de cadeaux de NOEL.........

Fêtes de fin d'année chez les Grands Loups bordelais......

et REPOS....... Mais qui dit repos dit lecture ..........

1535-1_021

 

 

CHARLOTTE

David FOENKINOS

Ce roman retrace la vie de Charlotte Salomon, artiste peintre morte à vingt-six ans alors qu'elle était enceinte. Après une enfance à Berlin marquée par une tragédie familiale, Charlotte est exclue progressivement par les nazis de toutes les sphères de la société allemande. Elle vit une passion amoureuse fondatrice, avant de devoir tout quitter pour se réfugier en France. Exilée, elle entreprend la composition d'une oeuvre picturale autobiographique d'une modernité fascinante. Se sachant en danger, elle confie ses dessins à son médecin en lui disant : C'est toute ma vie. Portrait saisissant d'une femme exceptionnelle, évocation d'un destin tragique, Charlotte est aussi le récit d'une quête. Celle d'un écrivain hanté par une artiste, et qui part à sa recherche. Prix Renaudot 2014 Prix Goncourt des lycéens 2014

Vu la forme d'écriture, j'ai longtemps hésité à me plonger dans ce livre, mais dès les premières lignes, on se se sent happée ..par la voix de Foenkinos qui nous fait une confidence : celle d’une rencontre, d’une passion, d’une obsession. On retrace avec lui la vie d’une jeune femme hors du commun, dont la destinée semble être maudite. Un vibrant hommage à la hauteur du personnage fascinant que fut Charlotte Salomon, peintre juive déportée

 

 

9782264058478

 

LA TOUR D'ARSENIC

Anne Birkefeldt RAGDE

Norvège : la vieille Amalie Thygesen, dite Malie, ancienne chanteuse de cabaret à la gloire éphémère, rend son dernier souffle dans une maison de retraite. Tandis que sa petite fille, Therese, plie ses bagages sur l'instant pour rejoindre le lieu des obsèques - et se laisse prendre dans un tourbillon de souvenirs drôles, tendres, émouvants, le reste de la famille chante l'heure de la libération : débarrassés de la vieille femme fantasque au caractère trop bien dessiné, les uns et les autres vont pouvoir se jeter sur les biens immobiliers et vendre les babioles qui, pour eux, ne valent pas la peine d'être gardés. Comprenant mal ce manque de compassion et de respect pour sa grand-mère, Therese va découvrir, au fil des objets qui ont fait la vie de Malie et des confidences récoltées, qui a été cette femme qu'elle croyait si bien connaître... Une femme que sa propre fille, Ruby, la mère de Malie, détestait cordialement, et que beaucoup craignaient. Comment peut-on susciter chez ses proches des sentiments aussi contradictoires ?Anne Birkefeldt Ragde est née en Norvège en 1957. Auréolée dans son pays d’origine des très prestigieux prix Riksmål (équivalent du Goncourt français), prix des Libraires et prix des Lecteurs pour sa « Trilogie des Neshov » (La Terre des mensonges, La Ferme des Neshov et L’Héritage impossible), Anne B. Ragde est une romancière à succès, déjà traduite en 20 langues, qui a vendu à ce jour des millions d’exemplaires. Après Un jour glacé en enfer, Zona frigida et La tour d'arsenic,  son dernier roman, Je m'appelle Lotte et j'ai huit ans, a paru aux éditions Balland.

J'avais craqué pour la Trilogie des Neshov et je suis vraiment devenue une inconditionnelle de cette auteur.........

 

 

1540-1

 

 

UN JOUR GLACE EN ENFER

Anne B RAGDE

 

Dans un chalet isolé, perdu dans les montagnes norvégiennes, vit un homme rustre et sauvage, entouré de ses chiens. On ne sait ni comment ni pourquoi "elle" est arrivée là, une jeune femme délicate sans nom ni passé. De ce roman érotique se dégage une atmosphère à la fois poétique et singulière. Entre soumission acceptée, animosité ambiguë et jeux sensuels, le rapport de force homme-femme s'installe progressivement, magnifié par la nature hostile du Grand Nord. Avec la même tension sexuelle que L'Amant de Lady Chatterley et la même puissance que Le Boucher d'Alina Reyes, Anne B. Ragde déploie dans ce roman toutes les nuances de son style et démontre, une nouvelle fois, la force de son écriture.

Encore et toujours Anne RAGDE............. incontournable dans les bibliothèques

Posté par mailleendroit à 13:48 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :

08 novembre 2014

CINQ MOIS PLUS TARD ...........

Adieu ANJOU........ rebonjour Nivernais et Bourgogne......

J'ai délaissé quelque temps ce blog, pas le temps....... pas envie......

J'ai retrouvé un NEVERS qui, avec son nouveau maire, semble vouloir se réveiller ...... Comme disait la mamma "Pourvu que cela doure"....

Maintenant que me revoilà confortalement installée, dixième et dernier étage, vue sur une Loire inégalable, je me reprends à tricoter, broder, coudre, lire et venir bavarder ici

Dernières lectures...........

 

1540-1

POUR QUE TU NE TE PERDES PAS DANS LE QUARTIER

PATRICK MODIANO

 

Et l'enfant ? demanda Daragane. Vous avez eu des nouvelles de l'enfant ? ? Aucune. Je me suis souvent demandé ce qu'il était devenu? Quel drôle de départ dans la vie? ? Ils l'avaient certainement inscrit à une école? ? Oui. À l'école de la Forêt, rue de Beuvron. Je me souviens avoir écrit un mot pour justifier son absence à cause d?une grippe. ? Et à l'école de la Forêt, on pourrait peut-être trouver une trace de son passage? ? Non, malheureusement. Ils ont détruit l'école de la Forêt il y a deux ans. C'était une toute petite école, vous savez?

A la suite d'un incident anodin, un écrivain voit remonter ses souvenirs d'enfance.Modiano tisse une toile mélancolique, qui vous prend peu à peu au piège de sa beauté triste et fatale.

 

 

1540-1

 LE CERCLE DES FEMMES

SOPHIE BROCAS

 

" Je rejoins Maman dans la maison fraîche. Elle poursuit son patient travail de tri : le tas des choses à jeter, le tas des choses à conserver, le tas des choses pour lesquelles on verra plus tard. Qu'est-ce qu'il m'a pris de me mettre à quatre pattes pour regarder sous la grande armoire ? Ma main a tiré à elle une énième boîte à chaussures. J'ai soufflé la pellicule de poussière qui recouvrait son couvercle avant de le soulever. "
Réunies durant quelques jours à la campagne à l'occasion des funérailles de leur aïeule et amie, quatre générations de femmes partagent leur intimité et leur deuil. La jeune Lia découvre par inadvertance un secret de famille jalousement gardé pendant soixante ans. Ces révélations risquent-elles de déclencher un cataclysme au sein de cette tribu très attachante ? Roman initiatique, Le Cercle des femmes explore avec délicatesse les mécanismes inconscients de transmission de mères en filles et nous offre une galerie de personnages aussi touchants que fantasques.

Où le non-dit détruit des vies ....................

 

Posté par mailleendroit à 19:11 - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags :

22 avril 2014

KATHERINE PANCOL ......

On ne s'en lasse pas .......................

 

PANCOL

Les filles sont partout dans ce roman. Elles mènent la danse. De New York à Paris, de la Bourgogne à Londres ou à Miami. Des filles qui inventent, s’enflamment, aiment. Des filles qui se battent pour la vie. Et les hommes ? Ils sont là aussi. Mais ce sont les muchachas qui dansent, dansent, dansent. Elles font voler les destins en éclats. Et ça n’en finit pas !

On ne s'en lasse pas..... on retrouve ici les personnages des "Yeux jaunes des Crocodiles " et suite ...... un bonheur. Dévoré dans une nuit d'insomnie....... Vite....... vite je me procure le tome 2 et le tome 3 est en préparation..........

 

Posté par mailleendroit à 17:36 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :


08 avril 2014

DERNIERE LECTURE

RAGDE

 

JE FERAI DE TOI UN HOMME HEUREUX

ANNE B. RAGDE

Norvège, 1960 : la modernité s empare enfin des foyers et les corvées des mères de famille se voient simplifiées grâce à l arrivée de l eau courante, du réfrigérateur, des machines à laver... La bien nommée « Cité de l Avenir » a su s accorder à son époque : ici règnent - en apparence, du moins - la joie de vivre et le contrôle social. Huit familles y vivent très proches les unes des autres. Les femmes au foyer ne se gênent pourtant pas pour se critiquer mutuellement sur leur façon de se vêtir ou le mode de vie des uns et des autres. Ici, les voisines se font mutuellement leurs permanentes à domicile, ça papote dans tous les coins, et avec un peu de chance, on peut apercevoir la dame du troisième étage qui fait le ménage chez elle, chaque vendredi, complètement nue. Et voilà qu un jour, un jeune homme se présente et propose d installer des judas aux portes...

 

J'avais beaucoup aimé cet auteur dans la trilogie de LA FERME DES NESHOV totalement différent plus sombre. Celui-ci très agréable à lire est aussi très amusant...........

Posté par mailleendroit à 17:30 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :

17 mars 2014

QUE FAIRE

sinon LIRE et DORMIR ......... Il y a plus terrible .......

La deuxième semaine à COGNACQ JAY vient de commencer, bons résultats pour la première semaine moins 30 % du volume du lymphoedeme, c'est énorme ............. Troisième semaine acceptée.....

Donc je LIS....... et je DORS ........

AUSLAN

En établissant sa famille dans la petite ville de Stockton,Salomon Kugel pensait avoir laissé derrière lui le bruit et la fureur de la Grosse Pomme. A peine installé, la vie à la campagne ne s'annonce pas sous les meilleurs auspices.

J'avais beaucoup aimé et ri avec LA MALEDICTION DU PREPUCE de ce même auteur, celui-ci est tout simplement HILARANT

BESSON                                                                         

Pendant l'été 1916, Vincent, très beau jeune homme de bonne famille entame deux relations avec deux hommes que tout oppose. La première, platonique mais ambigue avec le romancier Marcel Proust, la seconde, plus charnelle, avec un soldat en permission, qui lui apprend le vrai sens de l'amour.

J'ai eu l'occasion de rencontrer Philippe BESSON lors d'u ne séance de dédicace chez RICHER à ANGERS, l'auteur est passionnant, une heure trente d'échanges qui donne envie de se lancer dans la lecture de tous ses livres. C'est un recueil chargé d'émotions

humbert

Lors d'un voyage scolaire en Allemagne, un jeune professeur découvre au camp de concentration de Buchenwald la photographie d'un détenu dont la ressemblance avec son propre père le stupéfie et ne cesse de l'obséder. Ce prisonnier, David Wagner, est en fait son véritable grand-père. Peu à peu se met en place l'autre famille, la branche cachée, celle dont personne chez les Fabre n'évoque l'existence... Au cours de sa quête, le jeune homme comprend qu'en remontant à l'origine de la violence, c'est sa propre violence qu'on finit par rencontrer...

Excellente lecture

 

 

Posté par mailleendroit à 09:47 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :

09 février 2014

SAMEDI LITTERAIRE

Janvier étant le mois anniversaire de ma fille bordelaise,

 Philippe BESSON étant un de ses auteurs favoris,

j'ai voulu pour l'occasion lui faire dédicacer des livres lors d'une rencontre à la fabuleuse librairie angevine qu'est la librairie RICHER.

Un moment de plaisir pendant une heure d'écouter cet auteur nous parler de ses livres et de son parcours d'écrivain.

Je n'ai jamais encore lu ses livres bien que certains soient en attente sur l'étagère dite de transit !

Magnifique rencontre, personnage intéressant qui donne l'envie de le découvrir un peu plus après cette rencontre......

Mes deux achats du jour avec dédicace:

le dernier paru

 

maison

 

LA MAISON ATLANTIQUE

                                               

                    " J'ai souvent repensé à la mise en place du piège qui allait se refermer sur nous. À cet étrange ballet à quatre, dans lequel parfois s'immisçait un étranger. À ces va-et-vient d'une maison à l'autre, du jardin à la chambre, de la fraîcheur de la véranda à la chaleur de la plage ; ces déplacements infimes que nous accomplissions et qui tissaient à leur manière une toile où nous allions nous empêtrer. À cette langueur de juillet, lorsqu'on succombe à la paresse et que le désir s'insinue. À ces abandons progressifs : de la morale, du discernement, du sens commun. Nous aurions pu facilement tout empêcher mais aucun d'entre nous n'a pris la décision d'arrêter la machine folle. Aucun d'entre nous n'y a songé. " Philippe Besson, auteur de L'Arrière-saison et de De là, on voit la mer, nous livre un roman tout en nuances et en violence contenue, une tragédie moderne dissimulée sous les apparences d'un innocent marivaudage, le récit d'une vengeance qui doit s'accomplir

 

Et un de ses premiers

son frere

 

SON FRERE

Ils sont deux frères, jeunes encore, réunis une dernière fois face à la mer, face à la mort. Thomas est malade. Lucas l'accompagne pour une ultime escapade dans l’île de Ré, sur les terres de leur enfance. Un banc au soleil. Entre retrouvailles et chant du départ, chaque minute, désormais, mérite d’être vécue jusqu'au bout

Posté par mailleendroit à 17:01 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :

NOUVELLES LECTURES

On m'avait prévenue mais je ne recule devant aucun sacrifice, j'ai essayé mais vraiment je n'ai pas pu

 

 

NAISSANCE

 

NAISSANCE

Yann MOIX

 

La naissance ne saurait être biologique : on choisit toujours ses parents. Naître, c'est semer ses géniteurs. Non pas tuer le père, mais tuer en nous le fils. Laisser son sang derrière, s'affranchir de ses gènes. Chercher, trouver d'autres parents : spirituels. Ce qui compte, ce n'est pas la mise au monde, mais la mise en monde. Naître biologiquement, c'est à la portée du premier chiot venu, des grenouilles, des mulots, des huîtres. Naître spirituellement, naître à soi-même, se déspermatozoïder, c'est à la portée de ceux-là seuls qui préfèrent les orphelins aux fils de famille, les adoptés aux programmés, les fugueurs aux successeurs, les déviances aux descendances. Toute naissance est devant soi. C'est la mort qui est derrière. Les parents nous ont donné la vie ? A nous de la leur reprendre. Le plus tôt possible

Comment un tel ramassis d'insanités a pu percevoir un prix un RENAUDOT de surcroit......... Je n'ai pas été plus loin que la cinquantième page, je pense que l'auteur aurait gagné du temps à se faire psychanaliser !

J'ai adoré le suivant

SCHMITT

 

 

LES PERROQUETS DE LA PLACE D'AREZZO

Eric-Emmanuel SCHMITT

Ce mot simplement pour te signaler que je t'aime. Signé : tu sais qui.»

Cette lettre anonyme trouble l'existence des riverains de la place d'Arezzo. Dans ce quartier élégant de Bruxelles, quel original, quel pervers, quel corbeau déguisé en colombe s'acharne à violer leur intimité ? Le message entraîne autant de promesses et d'attentes que de déceptions et de catastrophes, chacun l'interprétant à sa façon. Menée par Eric-Emmanuel Schmitt, cette ronde effrénée devient l'encyclopédie des désirs, des sentiments et des plaisirs, le roman des comportements amoureux de notre temps.

Le mot de l'éditeur :

Autour de la place d'Arezzo, où les grands platanes ont été envahis par les perruches et les perroquets, vit une des populations les plus huppées de Bruxelles. S'y croisent, dans un voisinage élégant et contrasté, le fonctionnaire et l'étudiant, le bourgeois et l'artiste, la poule de luxe et la veuve résignée, mais aussi la fleuriste et l'irrésistible jardinier municipal. Des couples, des solitaires, humbles ou orgueilleux, conquérants ou vaincus, comme partout dans le monde. Tous gouvernés par leurs passions, leurs désirs, leurs fantasmes amoureux  et sexuels. Jusqu'au jour où leur parvient une lettre, anonyme, identique, mystérieuse, qu'une colombe, et non point un corbeau, leur aurait adressée. Comme une bombe à retardement. "Ce mot simplement pour te signaler que je t'aime. Signé: tu sais qui." Et chacun de s'enflammer, de rêver, d'y voir une promesse, un bonheur attendu, une blague, une menace. On peut imaginer, pour le meilleur et pour le pire, le fatal enchaînement d'espoirs, de déceptions, d'embrouilles et de drames qui s’annoncent… Dramaturge, romancier, nouvelliste, essayiste, cinéaste, traduit en 40 langues et joué dans autant de pays, Eric-Emmanuel Schmitt est un des auteurs les plus lus et les plus représentés dans le monde. Son dernier recueil de nouvelles, Les deux messieurs de Bruxelles, a poursuivi le succès ininterrompu d’un œuvre déjà riche de plus de 30 titres.

Le mien tout simple : J'AI POSITIVEMENT ADORE

 

Posté par mailleendroit à 16:46 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :

19 novembre 2013

VOILE ROUGE

Kay Scarpetta, bien déterminée à découvrir les raisons du meurtre de son assistant Jack Fielding, se rend au pénitencier de femmes de Géorgie, où une prisonnière affirme détenir des informations sur ce dernier. Elle évoque aussi d’autres assassinats sans relations apparentes : une famille d’Atlanta décimée des années auparavant et une jeune femme dans le couloir de la mort. Peu après, Jaime Berger, ancienne procureur de New York, convoque Kay Scarpetta à un dîner, mais dans quel but ? Kay comprend que le meurtre de Fielding et celui auquel elle a échappé autrefois constituent le début d’un plan destructeur. Face à un adversaire malade et dangereux, elle traverse enfin le voile rouge qui l’empêchait de comprendre.

Patricia Cornwell toujours et encore, j'aime cet auteur et son personnage Kay Scarpetta, chaque enquête est passionnante et nous engage à ne quitter le livre qu'après l'avoir fini

 

GARDIEN DE PHARE

Dans ce septième volet de la série qui lui est consacrée, Erica est sur tous les fronts. Non contente de s?occuper de ses bébés jumeaux, elle enquête sur l?île de Gräskar dans l?archipel de Fjällbacka, et s?efforce de soutenir sa s?ur Anna, victime, à la fin de La Sirène, d?un terrible accident de voiture aux conséquences dramatiques. Avec Le Gardien du phare, Camilla Läckberg poursuit avec brio la série policière la plus attachante du moment.

Un excellent Lackberg mais ne le sont ils pas tous ?

 

giroud

'Été 1960. Françoise Giroud vient de subir le plus grand échec de son existence : sa mort. De nombreux verrous bloquant la porte de sa chambre, une dose plus que létale de poison avalée, le téléphone débranché, elle avait tout prévu... sauf que deux solides gaillards iraient jusqu'à défoncer une cloison pour l'arracher à un coma déjà profond. Il lui faudra vivre. Plaquée par Jean-Jacques Servan-Schreiber, sa passion, et virée de L'Express, ce journal de combat qu'ils avaient fondé ensemble, en brave petit soldat, elle repart pour la guerre avec la seule arme dont elle dispose : sa machine à écrire.. Après sa tentative de suicide, Françoise Giroud écrivit Histoire d'une femme libre, récit autobiographique, dont Alix de SaintSaint-André a retrouvé le manuscrit qu'on croyait détruit. On y retrouve la voix d'une femme d'exception, complexe, lucide, et formidablement courageuse. Au milieu d'une vie tourmentée, elle dresse à la point sèche le portrait des mondes et des hommes qu'elle a croisés

Récit d'une femme volontaire et courageuse ............... excellent

bernie

 

On se souvient de Bernie Gunther, l’ex-commissaire de police devenu détective privé, qui, à la fin de La Trilogie berlinoise, assistait à la chute du IIIe Reich, conscient de la corruption qui, à Berlin comme à Vienne, minait le régime. 1949. Bernie vit une passe difficile. Sa femme se meurt, et il craint que le matricule SS dont il garde la trace sous le bras ne lui joue de sales tours. Une cliente affriolante lui demande de retrouver la trace de son époux nazi, et le voici embarqué dans une aventure qui le dépasse. Tel Philip Marlowe, son alter ego californien, et en dépit de son cynisme, Gunther est une proie facile pour les femmes fatales… Atmosphère suffocante, manipulations, et toujours l’Histoire qui sous-tend habilement la fiction : du Philip Kerr en très grande forme.

là où l'on rentre dans les arcanes de la fuite des nazis avec l'aide du clergé !!

Posté par mailleendroit à 19:39 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :